Home / Mon exposition / Ayman Baalbaki et la crise au Moyen-Orient.

Ayman Baalbaki et la crise au Moyen-Orient.

En naviguant sur l’internet à la recherche du nom d’un grand peintre libanais du siècle passé et que j’avais oublié, une photo a attiré mon attention. C’était la photo d’un homme au regard doux, transparent mais ferme _ une ambiguïté frappante_ derrière lequel une énorme toile occupait tout le second plan. Il s’agissait d’Ayman Baalbaki, un grand peintre, malgré son jeune âge.

Né au début de la guerre civile libanaise, son quotidien a été marqué par ses événements : bombardements, combats, massacres et réfugiés. Ses étudies d’art plastiques à l’Université Libanaise et à l’École nationale des arts décoratifs de Paris l’ont aidé à relater cette période bouleversante de sa vie à travers des portraits expressionnistes à grande échelle de combattants, de peintures représentant des bâtiments détruits, parfois occupés par des réfugiés qui ont été forcés de quitter leur domicile pendant les combats et, qui ont fait de lui l’un des jeunes artistes arabes les plus populaires.

Après la guerre de Juillet 2006, il a dessiné une série de structures dispersées liées aux démolitions et aux bombardements de la banlieue sud de Beyrouth.

Il dessina aussi une série qui devint très populaire, celle qui représente des guerriers portant des voiles ou des fûts. Ces portraits de personnages anonymes sont devenus un symbole des conflits sans fin au Moyen-Orient. Ces peintures ont été largement exposées dans le monde entier, y compris la Biennale de Venise en 2011, les Hoods for Heritage en 2012 : un projet consistant en 16 hottes Porsche 911 transformées en œuvres d’art d’artistes et mises aux enchères au profit du Musée national de Beyrouth.

Ayman Baalbaki a produit aussi des travaux d’installations notables comme Les Frigos en 2001 ; un contenant renfermant un bagage. Il faut noter que le nomadisme est un thème récurrent dans son travail et apparaît dans des œuvres plus récentes telles que Destination X (une vieille voiture rouge Mercedes Benz, rappelant les services de taxis antiques du Liban, chargés d’une montagne de bagages comme symbole du bouleversement causé par la guerre), présentée dans Arabicity en 2010, une exposition organisée par Rose Issa au Blue coat de Liverpool et au Beirut Exhibition Centre de Beyrouth.

Son œuvre se distingue par sa monumentalité et la touche impressionniste de l’artiste dont le travail fait désormais partie des collections publiques et privées du monde entier :ses portraits impressionnants de combattants de la guerre ainsi que la plus célèbre de ses toiles, intitulée « Laissons fleurir mille fleurs » a fait de lui l’un des artistes arabes les plus loués et les plus populaires.

L’art de Baalbaki est puissant car il aborde la crise de longue durée au Moyen-Orient, qui est bien connue dans le monde. Ses peintures et installations dépeignent à la fois la souffrance et l’anxiété individuelles et collectives et elles sont capables de susciter de fortes émotions chez le spectateur. Les peintures du jeune artiste libanais connaissent également un grand succès lors de diverses ventes aux enchères, ainsi, sa peinture « Laissons fleurir mille fleurs » a été proposée et a remporté un montant stupéfiant de 206 500 USD, ce qui est une grande preuve de la qualité et popularité du travail de Baalbaki.

0%

User Rating: Be the first one !

About Carole

Check Also

Créations en Urgence

PORTRAIT DE SIBONGILE MBAMBO METION OBLIGATOIRE : Photo Patrick GHERDOUSSI/divergence-images.com Créations en Urgence s’est donné …

Ahmad Kleige à la galerie Janine Rubeiz

Ahmad Kleige expose à la galerie Janine Rubeiz , c’est la dernière nouvel artistique beyrouthine. …

Roy Sfeir expose au Liban

Roy Sfeir expose au Liban. C’est la toute dernière nouvelle du monde artistique. Le peintre, …

Les nouvelles technologies au service de l’Art

Les avancées technologiques des dernières décennies ont profondément changé les bases mêmes de notre mode de vie, …

Alphonse Mucha, au musée du luxembourg

L’Art nouveau est un style artistique qui se développe dès la fin du XIXe siècle, …

Galatea : une vraie poésie en mouvement

Galatea :une vraie poésie en mouvement

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *